AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
HPIENS, HPIENNES,
AUJOURD'HUI (MERCREDI 26 JUILLET 2017) AURA LIEU LA MAINTENANCE DE L'ETE A PARTIR DE 15H.
grosse maj. en vue donc elle risque de prendre un peu plus de temps qu'à l'accoutumé

ON VOUS AIME

Partagez|

let the demons blow our minds. ▬ james&went

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Chaîr fraîche !

tell me more

⊹ Posts : 57
⊹ Job : acteur, scénariste & producteur. adepte au chant sous la douche.
⊹ Your Celebrity's Age : 45 years old. But, not in the head.
⊹ Crédits : martyr (avatar) + uc
⊹ Say cheeeeese ! :




MessageSujet: let the demons blow our minds. ▬ james&went Mer 4 Oct - 21:23



❝take off your mind, and throw it away.❞
Went & James
Shot me down. La dépression, c’est une souffrance parfois invisible et que l’on ne peut surmonter seulement en un claquement de doigts. Je sais que j’ai bientôt touché le fond, que j’suis bientôt en train de tomber dans les profondeurs de cette maladie qui te dévore l’âme à petit feu, qui te tue silencieusement. J’en ai déjà tellement souffert et j’ai toujours su remonter la pente. Aujourd’hui, j’ignore si j’y arriverais. J’ignore si j’y parviendrais, seul. Ma souffrance est bien trop importante, bien trop présent que ça me crève le cœur. L’amour est un sentiment fort qui procure un bien être sans limites quand il est réciproque et, quand il ne l’est pas, ça peut vous détruire plus qu’autre chose. Je pense qu’un simple attirance, vive ou non, ne peut pas réellement vous laisser un grand vide là où votre cœur est censé se trouver. Le pire, c’est d’avoir des relations physiques, ambiguës et un lien tellement fort et profond avec la personne. Il me suffirait de lui en parler, de lui dire ce que je pense et de poser les choses à plat, réellement cette fois. J’ignore si c’est réciproque et j’ai peur de casser ce quelque chose qui se trouve entre nous et de finir par le perdre. Je sais qu’un jour, il faudra prendre une décision. Soit lâcher prise, soit lui cracher toute ma peine et mes sentiments à la figure. Mais à ce moment là, je n’ai aucune force pour me décider, pour choisir. J’ai juste envie qu’on m’dise que tout ira bien.

La seule solution que j’ai trouvé pour estomper cette souffrance durant un temps, c’est de me plonger silencieusement dans ces substances illicites auxquelles, je l’admets, on en devient vite accro. Sous leur emprise, j’en ai tellement rien à foutre de ce que l’on pense de moi, de mes actions que je me permets ce que sobre et clean, je ne me permettrais jamais. Ca m’aide à m’évader, à m’ouvrir et permettre à ma joie, ma gaieté de s’extirper des griffes de la dépression qui maintient tous ces sentiments positifs dans sa prison de fer. C’est la seule clef de leur lourde porte que j’ai su trouvé jusqu’à maintenant, les laissant vivre en liberté même si ce n’est qu’un temps. Je sais qu’avec le temps, la dépression, maline et fourbe qu’elle est, changera de verrou et les empêchera à nouveau de vivre. Mais pour le moment, je me contente de ça, on trouvera d’autres solutions plus tard.

Je glisse mes mains sur ma tête, me sentant impuissant. J’essaye de lutter contre l’appel de la poudre blanche, mais ça devient presque trop compliqué. Dans quel merdier je me suis encore foutu. Je sens mon corps avoir quelques tremblements, des bouffées de chaleurs et des nausées d’un autre monde. J’ai l’impression que mon cœur va bientôt me lâcher tant il pompe, que ma conscience va finir par céder à la folie. Je me teste, et le résultat est peu concluant et peu gratifiant. J’suis devenu un pauvre toxicomane qui vendrait son âme au diable pour avoir ne serait-ce que sa dose quotidienne ? Me suis-je abaissé autant, à un tel niveau ? Je quitte finalement mon lit, me dirigeant vers l’encadrement de la porte afin de tendre l’oreille, savoir si James est là ou pas. Je n’entends aucun bruit et dieu merci, je n’ai guère envie qu’il me voit dans cet état de délabrement. Je prends une profonde inspiration, yeux clos. « Respire, ça va aller. » Non, ça ne va pas aller. Je file prendre une douche, froide. Ca fait probablement dix bonnes minutes que je suis là, à tenter de lutter contre mes démons intérieurs. Parfois, j’me dis que je devrais me battre à leur côté, je suis quasiment sûr qu’ils ne tenteront plus de me réduire à néant. J’éteins l’eau, tête baissée, yeux rivés vers le sol sans même réellement le regarder. J’suis confus, suis-je en train de perdre le Nord ? J’enroule une serviette autour de ma taille et je me glisse rapidement dans ma chambre, enfilant rapidement un t-shirt noir et un jogging de la même couleur puis je fouille dans la poche d’une de mes vestes, maladroitement, le regard fiévreux. J’peux plus. Qu’importe sur quoi je tombe, I need it.

Je me saisis de la cocaïne vivement et je cherche, précipitamment une carte random puis un vulgaire petit bout de papier. J’fais tout tomber ce qui se trouve sur ma table de chevet, ou même ce qui se trouve sur mon chemin. Je pousse tout ce qui se trouve sur mon bureau, afin d’y faire de la place et de commencer à faire mes lignes. J’tente tant bien que mal de faire sa proprement, je sens les gouttes de sueur perler sur mon front et se glisser sournoisement le long de mon visage. J’enroule le bout de papier puis me penche, et aspire le premier rail presque trop rapidement à mon goût. Je me redresse, m’adossant contre ma chaise, glissant ma tête en arrière. Le manque se dissipe peu à peu, je ressens un bien être insatiable. J’suis donc réduit à ça ? Suis-je devenu aussi pathétique ? « Damn, I’m fucked up. » J’entends la porte d’entrée s’ouvrir, et les bruits de pas qui l’accompagne. Je rouvre mes yeux, redressant ma tête. Faut savoir faire face et donner aux autres ce qu’ils ont envie de voir. J’observe la dernière ligne et m’empresse de la faire disparaitre, essuyant mon nez afin d’effacer toute trace de consommation. Je sais que James ne me juge pas, et qu’il ne me dira rien mais j’ai déjà bien assez honte comme ça, de le faire seul en plus. J’observe le désordre que j’ai mis dans ma chambre, désespéré. J’déteste le foutoir, et là on dirait que je suis servi. Ca attendra, tant pis. Je quitte ma chambre, encore un peu désorienté et tombe rapidement sur mon coloc’. « Salut sweetheart. » Je lui adresse un léger sourire en coin avant d’aller me servir un verre d’eau, le buvant d’une traite. Je lève le regard vers l’horloge. Vingt heures. « Tu rentres tard, t’as mangé ? » Enfin, qu’importe il rentre à l’heure qu’il veut, je m’en fiche mais étant quelqu’un qui se soucie de l’estomac des autres, il fallait forcément que cette question tombe. « Il reste de la pizza dans le micro-ondes, si tu veux. » Dis-je en haussant les épaules. Au pire, s’il ne veut pas, James est assez vieux grand pour se nourrir seul et répondre à l’envie du jour de son estomac. « Tu as prévu quelque chose, ce soir ? »  


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Chaîr fraîche !

tell me more

⊹ Posts : 57
⊹ Job : Acteur - Réalisateur - Scénariste - Producteur - Ecrivain
⊹ Your Celebrity's Age : 39 yo
⊹ Birthday : 19 avril 1978
⊹ Crédits : francobaby
⊹ Say cheeeeese ! :




MessageSujet: Re: let the demons blow our minds. ▬ james&went Ven 6 Oct - 16:43

take off your mind, and throw it away
••••

 
Il n'était pas du genre à prendre du temps pour lui, ou alors c'était vraiment rare étant donné qu'il était un grand bosseur, tous ses proches ne pouvaient pas dire le contraire. Quand il se prenait un peu de temps, s'était pour passer du bon temps avec son colocataire qui n'était autre que Wentworth Miller, qui était également son meilleur ami et pote de beuverie. Ils avaient d'ailleurs fait connaissance à une soirée et ça avait de suite bien marcher entre les deux jeunes hommes, il n'y avait jamais eu d'ambiguïté entre eux, bien qu'une fois bien alcoolisé cela arrive qu'ils s'embrassent, mais ça n'avait jamais été plus loin. James était bisexuel, mais comme il le répétait souvent lors d'interview, il n'était gay que jusqu'au passage à l'acte, il était sûr d'être hétéro quand il s'agissait de sexe, bien qu'il n'ai jamais tenté avec un homme, il n'était pas vraiment contre ce genre de rapport, mais il ne savait pas pourquoi, il appréhendait un tantinet que ce jour arrive.

Le vieux Franco était souvent décrit comme étant une personne loufoque, il n'avait jamais peur du ridicule, et c'était d'ailleurs pour cela qu'il se mettait toujours à fond dans ses rôles, que ça soit au niveau de sa morphologie ou bien au niveau de son apparence physique comme les cheveux ou bien la barbe. C'est pour cela que pour son dernier film The Disaster Artist, il n'avait aucunement hésité à se laisser pousser les cheveux qu'il ne vint pas entretenir si bien que cela d'ailleurs. Dans ce film, il avait été content de pouvoir travailler aux côtés de son frère ainsi que de son ami de longue date Seth Rogen, il avait déjà partagé l'affiche du film The Interview avec lui, et qu'ils avaient pas mal rigolé lors du tournage, il faut dire aussi que le rire de Seth est le rire le plus contagieux que personne n'est pu connaître auparavant.

Aujourd'hui ça n'avait pas été de tout repos puisque l'acteur avait dû donner une interview à un magazine, à propos de son dernier film, et bien sûr, il y avait une partie du casting du film, ce qui avait fait que ce moment de la journée n'avait pas été sans rire. Une fois que ce fut terminé, il avait passé l'après-midi avec son frère à faire les boutiques et à se raconter leur petite vie sans vraiment rentrer dans les grandes lignes parce qu'ils avaient tout de même envie de garder leur petit jardin secret. Arrivé vers la fin d'après-midi, il avait dû se rendre à un shooting promotionnel, et ce qu'il avait horreur d'être pris de court comme ça, c'est donc pour cela qu'il s'y rendit à contre cœur. Quand ce fut fini, il ne perdit pas de temps pour rentrer chez lui à Malibu. Il n'avait aucune idée de ce qui avait bien pu se passer durant son absence, ce que Went' avait pu faire, et il s'en fichait pas mal à vrai dire, bien qu'il tenait tout de même à lui, mais il n'allait pas lui dire ce qu'il devait faire ou non, étant donné que James n'était pas non plus un bon exemple à suivre.

Quand il passa la porte, il ne fut pas directement accueilli par Wentworth, mais bien par l'un de ses deux chats qui vint se frotter au bas de son pantalon. James posa ses clés sur le meuble dans l'entrée avant de n'enlever sa veste qu'il accrocha dans la penderie, par la suite, il se rendit dans le salon où il croisa son colocataire qui le salua. « Hi. » dit-il en souriant, puis il vint s'accouder au comptoir qui séparer la cuisine du salon. « I know, j'ai été appeler au dernier moment pour un shooting et déjà que ça m'a saouler, il a fallu qu'il finisse aussi tard que ça. » il soupira avant de passer sa main dans ses cheveux bruns et se dirigea vers le four à micro-onde qu'il ouvra pour prendre le reste de pizza. « Ils ne m'ont même pas payé le repas, donc bien sûr que je suis affamé. » il ne manqua pas de se mettre à rire très légèrement avant de ne croquer un bout de sa junk food froide, ce qui ne le dérangeait pas quand il avait les crocs. Alors qu'il était en train de mâcher ce qu'il avait dans la bouche, il réfléchit à la réponse à la question de son ami. « I don't think so. Tu veux qu'on fasse quelque chose? » lui demande-t-il en penchant la tête sur le côté.

 

  ••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Chaîr fraîche !

tell me more

⊹ Posts : 57
⊹ Job : acteur, scénariste & producteur. adepte au chant sous la douche.
⊹ Your Celebrity's Age : 45 years old. But, not in the head.
⊹ Crédits : martyr (avatar) + uc
⊹ Say cheeeeese ! :




MessageSujet: Re: let the demons blow our minds. ▬ james&went Sam 7 Oct - 12:37



❝take off your mind, and throw it away.❞
Went & James
Je n’en veux aucunement à James de rentrer un peu plus tard que prévu. C’est un grand garçon et il fait encore ce qu’il veut et puis, ça me fait plaisir s’il décide de temps en temps de prendre du temps pour lui. Je sais à quel point c’est du genre à se plonger dans le travail et à en y ressortir difficilement en oubliant de vivre un peu pour lui. Donc s’il a prit une journée pour souffler un peu, vous m’en voyez ravi. Et puis d’un sens, ça m’arrange. Même s’il ne me dit rien concernant mes consommations personnelles, je sais qu’un jour ça va me retomber dessus et certainement le saouler même si, ça lui arrive d’en consommer. Mais étant sous l’influence de la drogue, j’suis quelqu’un d’autre et je me laisse plus aller. J’sors de ma coquille et je m’ouvre au monde extérieur n’ayant aucunement peur de me faire cruellement détruire le peu qui m’reste de dignité. Je suis conscient de pas grand-chose mais ce que je sais, c’est que j’me sens libre et non prisonnier de cette douleur constante.

Cette crise de manque était bien trop importante et plus sauvage que les autres et c’est là que je me rends compte qu’il est certainement beaucoup trop tard et que la seule façon de m’aider c’est sûrement la désintox, lieu où je ne souhaiterais pas aller mais il faut savoir prendre le taureau par les cornes. Je me sens désormais, mieux. Je n’ai pas su résister longtemps, et je me sens encore perturbé, totalement à l’ouest. J’ai du mal à reprendre mes esprits, à revenir sur la terre ferme. Bordel, cette chute libre dure trop longtemps, lorsque j’vais atterrir, j’en ressortirais peut-être pas vivant. Tout ça à cause d’une histoire qui traîne depuis trop longtemps, une histoire à laquelle j’arrive pas à mettre fin parce que, j’me sens lié à lui. Mais je sais que je devrais lâcher prise et passer à autre chose, que j’dois recommencer à vivre parce que l’oxygène commence à s’faire horriblement rare. Cette situation m’étouffe, j’dois le laisser partir.

Je ferme la porte de ma chambre histoire que James ne voit pas le chaos que j’ai semé sous l’effet du manque. Je suis loin d’être bordélique, c’est tout le contraire mais là, il me faudrait plus que dix minutes pour tout remettre en ordre et j’en suis peu fier. Je suis encore un peu tremblant et je glisse l’une de mes mains sur ma tête avant d’aller l’accueillir. « C’est ça d’être autant demander. » Dis-je en riant légèrement. Parfois il me fait penser à une petite diva, mais j’admets que les imprévus, parfois, ne sont pas toujours bien accueillis. « T’as de la chance que j’ai pensé à toi. » J’suis pas quelqu’un d’égoïste, je pense toujours à lui. On vit à deux dans cette maison, je ne vis pas seul. Je souris légèrement en coin à sa question avant de me lever et d’passer sournoisement derrière lui, rapprochant mon visage assez près de son oreille, comme si je souhaitais que seul lui m’entende, même si nous ne sommes que tout les deux. « Hmm j’me dis que t’as besoin de te détendre, et j’sais exactement comment faire...sauf si, tu es trop fatigué pour ça. » Dis-je presque d’un air provocateur et d’manière joueuse. Et puis s’il n’est pas trop tenter, j’irais m’amuser avec mes deux compagnons seuls Jack & Mary Jane. Je sors tout de même deux verres puis la bouteille de whisky, sortant des feuilles et des filtres, accompagnés de près par la marijuana que je dépose sur la table. « Mais si tu n’as pas envie, je ne te force pas. » Dis-je d’une voix presque mielleuse. Je n’ai aucunement peur de comment cette soirée risque de finir, il n’y a rien de plus de toute manière entre nous, simplement qu’il nous arrive de nous embrasser sous les vapeurs de l’alcool, mais rien de plus. De plus, nous sommes assez grand pour savoir où sont nos limites concernant notre consommation, histoire de ne pas finir dans le coma. J’ai pas trop le moral et j’suppose qu’il a besoin de penser à autre chose. Autant penser à autre chose et jeter nos âmes dans les flammes de l’enfer pour ce soir, prendre du bon temps et se laisser tenter par les vices que le mal a crée pour laisser les hommes se tuer à petit feu tout en prenant du bon temps. « Come on, let’s get high. »



© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Chaîr fraîche !

tell me more

⊹ Posts : 57
⊹ Job : Acteur - Réalisateur - Scénariste - Producteur - Ecrivain
⊹ Your Celebrity's Age : 39 yo
⊹ Birthday : 19 avril 1978
⊹ Crédits : francobaby
⊹ Say cheeeeese ! :




MessageSujet: Re: let the demons blow our minds. ▬ james&went Sam 7 Oct - 19:50

take off your mind, and throw it away
••••

 
Il n'avait pas sa langue dans sa poche, quand quelque chose ne lui plaisait pas, il le faisait savoir, enfin, c'était surtout lors d'interviews qu'il offrait à des magazines ou encore lors de shooting, mais quand il était sur un tournage en tant que réalisateur, il n'y avait pas plus cool que lui, il se fichait pas mal de ce que les acteurs pouvaient bien faire. S'ils improvisaient, c'était tant mieux, il ne demandait pas mieux, en revanche, quand vraiment un acteur faisait n'importe quoi, il n'hésitait aucunement à le remettre à sa place en haussant légèrement le ton. On pourrait parfois croire que James était en permanence sous l'influence de la drogue à cause de son air un peu trop peace, mais il ne faisait, sans cesse, que de dire qu'il ne prêtait pas intention aux substances illicites, ce qui était faux étant donné qu'il n'avait aucun mal à se lâcher lorsqu'il était en compagnie de son très cher Wentworth. Il savait les risques de se droguait, mais il faisait toujours attention à la quantité, il connaissait ses limites, et il n'était pas vraiment du genre à risquer d'y rester, alors qu'il faisait cela dans l'unique but de se détendre et penser à autre chose qu'à son travail.

Il était content de rentrer à la maison et de voir qu'il n'était pas en la seule compagnie de ses deux chats, puisqu'il y avait également son meilleur ami. « Ouais, mais parfois, c'est assez épuisant à vrai dire. » jamais il n'avait regretté d'avoir fait carrière dans le septième art, bien au contraire, il aimait tout ce qui toucher à l'art, c'était d'ailleurs pour cela qu'il avait écrit un recueil d'histoires sur sa ville d'origine qui n'est autre que Palo Alto. Il fut d'ailleurs content que son œuvre ai pu être adapté au cinéma, et qu'en plus de cela, il a pu avoir un rôle au sein de ce dernier. Il était en train de manger sa part de pizza froide tout en regardant dans le vide. « Eh bien, si tu n'aurais pas pensé à moi, j'aurai probablement mangé... » il finit ce qu'il avait dans sa bouche, puis il se dirigea vers le frigo qu'il ouvrit, il resta pendant quelques secondes devant tout en regardant le contenu de ce dernier. « J'aurai bu de la bière, jusqu'à ne plus avoir le bide qui crie famine. » dit-il en rigolant légèrement, bien sûr qu'il rigolait, il n'était pas un cordon bleu, mais il savait tout de même se faire des petites choses telles que des pâtes ou bien un simple sandwichs. Quand il sentit son meilleur ami venir se mettre derrière lui avant de ne murmurer près de son oreille, il ne manqua pas de sourire en coin. Il se mit à rire légèrement en le voyant sortir de quoi se saouler ainsi que de quoi se faire un bon joint. « You're right, j'ai besoin de me détendre, et de penser un peu à moi. » Il n'avait jamais refusé de passer du bon temps avec son colocataire, et il n'avait jamais eu cette peur de se demander comment est-ce que la soirée aller se terminer, parce qu'il avait déjà sa petite idée, et il n'en était pas effrayé, parce qu'il fallait bien s'avouer qu'avec sa voix mielleuse, son petit sourire, et ses yeux verts, on ne pouvait rien refuser à Wentworth Miller. Il se tourna donc vers son ami et fit un petit sourire en coin. « Let's get high together. » il vint prendre la bouteille de Jack Daniels pour en verser dans les deux verres, par la suite il prit son verre et le tendit vers son ami avant de ne boire le contenu cul-sec et se lécha les lèvres afin de ne pas en perdre une goutte, ça serait dommage.

 

  ••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Chaîr fraîche !

tell me more

⊹ Posts : 57
⊹ Job : acteur, scénariste & producteur. adepte au chant sous la douche.
⊹ Your Celebrity's Age : 45 years old. But, not in the head.
⊹ Crédits : martyr (avatar) + uc
⊹ Say cheeeeese ! :




MessageSujet: Re: let the demons blow our minds. ▬ james&went Lun 9 Oct - 14:11



❝take off your mind, and throw it away.❞
Went & James
Contrairement à James, j’étais loin d’être celui qui s’mettait en valeur et qui s’noyait sous les strass et paillettes de la célébrité. J’étais pas celui qui rentrait directement dans le lard de ceux qui m’importunaient que ce soit de manière indirecte ou pas. Je suis un peu plus posé, je réfléchis toujours à deux fois avant de glisser dangereusement ma colère sur quelqu’un. Il m’en faut beaucoup, pour m’énerver mais lorsque l’on s’en prend un peu trop à moi ou à ceux qui comptent pour moi, je sais être un redoutable adversaire. Je m’énerve peu, mais quand je le fais, je ne le fais pas à moitié. Je suis pas non plus celui qui se montre et qui a une image trop décalée. Si James dit qu’un jour, il a fini tellement saoul qu’il s’est mis à courir à poils en pleine rue, ça ne choquerait et n’étonnerait personne, et ça ne ferait même pas scandale dans la presse people. Il nous a habitué à ce côté loufoque, ça fait parti de lui. Moi, j’fais plus les choses en douce, dans le plus grand de silence et quand la vérité tombe, forcément ça surprend tout le monde et mon image prend une claque dans les dents mais, en grande partie, les secrets les plus sombres ne sont jamais ressortis de l’ombre, et c’est tant mieux.

J’apprécie James comme il est. Il m’aide à sortir un peu à sortir de ma coquille et me pousse parfois, aveuglement à faire quelques conneries. Mais jamais je ne saurais lui en vouloir, je sais que parfois j’peux me montrer trop discret et trop gentil avec certaines personnes et il sait trouver les mots, à chaque fois, pour que je ne me laisse pas marcher dessus. On s’complète, par nos caractères tout de même opposé et c’est ce qui fait que ce duo marche. On sait tempérer les choses, ensemble et éviter parfois de gros dégâts. J’me sens un peu moins seul depuis son retour à la maison et j’cache pas que j’ai eu la peur de ma vie. Je souhaitais pas qu’il me voit dans un tel état de détresse, face au manque. Je ne voulais pas qu’il voit à quel point ça m’affecte et à quel point j’suis tombé bien bas. J’en ai réellement honte, mais ce n’est pas quelque chose que j’irais dire, et j’ai encore moins envie de me faire aider par qui que ce soit. Je suis assez grand pour me débrouiller seul, m’étant déjà sorti de situations désespérées sans l’aide de personne.

Je le suis du regard, les yeux légèrement plissé avant de secouer la tête. « Ben tiens, et supporter tes rots bien loin d’être sexy et t’entendre chanter faux ? Ca ira, merci. » Dis-je pour le taquiner, suivi d’un sourire. J’suis pas comme ça avec lui, c’est même plutôt amusant et ça m’fait penser à autre chose. James est bien loin d’être celui qui cuisine le plus ici et par chance, aimant ça, c’est souvent moi qui m’y donne à cœur joie parce que, quand on y repense, on ne mangerait pas grand-chose et à force, on aurait eu la peau sur les os ou alors, par facilité, il mangerait tous les jours dehors et dans ce cas, autant passer la plupart de son temps dans une salle de sport. Je suis ravi qu’il accepte ma proposition, je pense que j’en ai autant besoin que lui, à ce stade. Je vois son petit sourire en coin et ses paroles m’arrachent un frisson, rien qu’en pensant à l’effet de la drogue qui s’propagera bientôt dans tout mon corps, et ce whisky qui m’brûle déjà l’œsophage alors qu’il n’a pas encore franchi le seuil de mes lèvres. Je me saisis de l’un des deux verres et lève le mien en sa direction avant de le boire cul sec et de reposer le verre sur la table, lâchant un soupire de bien être. J’me sentirais presque revivre. Je m’assois sur l’une des chaises, à nouveau afin d’être mieux posé pour rouler un joint. Une fois fait, je le coince entre mes lèvres pour l’allumer puis j’tire dessus. Qui disait que de vieillir, c’est l’enfer ? Je le tends ensuite en direction de Franco. « Faisons un jeu. On s’pose des questions, gênantes ou pas. Mais on doit répondre seulement la vérité, et si on se sent pas capable de le faire, ou trop honteux pour répondre, on boit. » C’est toujours une façon d’en savoir plus l’un sur l’autre, même ce à quoi on n’a jamais pensé à s’dire parce que, c’est obsolète et puis, je suis sûr que ça risque d’être fort intéressant. « Même si j’sais que j’ai déjà perdu d’avance. » Dis-je d’un rire léger avant de me resservir un verre et de faire de même avec celui de James. « Qui commence ? »




© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Chaîr fraîche !

tell me more

⊹ Posts : 57
⊹ Job : Acteur - Réalisateur - Scénariste - Producteur - Ecrivain
⊹ Your Celebrity's Age : 39 yo
⊹ Birthday : 19 avril 1978
⊹ Crédits : francobaby
⊹ Say cheeeeese ! :




MessageSujet: Re: let the demons blow our minds. ▬ james&went Mar 10 Oct - 1:20

take off your mind, and throw it away
••••

 
Il était parti ouvrir le frigo afin de voir son contenu et de ne dire que si Wentworth n'était pas là, il se contenterait de boire des bières à n'en plus finir. Il ne manqua pas de se mettre à rire suite à la remarque de son colocataire. « Je sais que tu trouves mes rots bien plus que sexy et que tu es secrètement jaloux de ma voix. » dit-il en souriant grandement. « D'ailleurs, je t'entends souvent chanter quand tu es sous la douche. Je ne sais pas si je dois dire que tu as une belle voix ou non. » il passa sa main dans sa barbe de trois jours. Il était loin de savoir cuisiner, bien qu'il savait se faire les plats de bases, ça, il n'y avait aucun problème, mais il fallait avouer que sa spécialité, c'était d'appeler les livreurs de pizzas ou bien de sushis pour ne pas se prendre la tête en se demandant ce qu'il allait bien pouvoir se faire cuire. Mais quand il y avait Wentworth à la maison, il adorait que ce dernier lui fasse à manger, parce que, comparé à lui, il était un vrai cordon bleu, ce qu'il aimait surtout, c'était quand il rentrait dans la maison et qu'il y avait une odeur à s'en lécher les babines.


Il avait bu son verre de whisky cul-sec, et il faut dire que cette sensation d'incendie dans sa gorge était délicieusement agréable, et c'était d'autant plus agréable quand il n'était pas tout le temps en train de boire, et que c'était comme si, à chaque fois, il découvrait le goût de l'alcool. L'âge n'était qu'un chiffre, et il ne faisait pas la personnalité, puisque dans sa tête, James avait beau être un homme assez occupé, quand il avait du temps pour lui, il adorait faire la fête et passer du bon temps avec son meilleur ami avec qui il partageait une maison à Malibu. Il prit le joint que Went' lui tendit et l'apporta à ses lèvres afin de venir tirer dessus, il aspira la fumée avant de ne la recracher lentement en basculant la tête en arrière et de lâcher un soupir, et de sourire en coin. Il regarda le brun et hocha la tête quand il lui proposa de jouer à un petit jeu. « Je suis partant. » dit-il en regardant, avec un air de défi, son ami dans les yeux, puis il se mit à rire légèrement. « Je pense que oui! Tu sais très bien que j'ai aucune gêne et que je n'ai également aucune honte à dire la vérité! » il avait beau vivre avec le très célèbre Michael Scofield, il avait l'impression de ne, pourtant, pas si bien le connaître que ça, c'était peut-être l'occasion. « Eh bien, je te laisse l'honneur de commencer en me posant une question. » il tira une seconde fois sur le joint avant de ne le tendre vers le brun en attendant qu'il ne lui pose la première question.

 

  ••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

tell me more





MessageSujet: Re: let the demons blow our minds. ▬ james&went

Revenir en haut Aller en bas

let the demons blow our minds. ▬ james&went

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Expédition Bismarck - reportage de James Cameron
» Tout St James en Normandie.
» Le nouveau James Bond
» Dean James Antwan
» Ministre Yolande James -rdi
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ▽ RESIDENCES △ :: Maison :: Malibu :: De Wentworth Miller & James Franco-
Sauter vers:
les membres au top
Ils sont la fierté d'Hollywood People par leur activité et leur implication sur le forum. Se sont nos recordmans des points rps ! voir le reste du top
MATT GABRIELLA DAKOTA ANTOINE JAMIE
les scénarios attendus


PEREZ B*TCHES
coming soon ...